Colombat, évadé du Mont Saint-Michel Notes sur Colombat, évadé du Mont Saint-Michel…
Illustration de gauche : Colombat dans un in pace.

Ce personnage est tout d’abord évoqué par mon oncle Claudius Collombat dans son ouvrage Des Colombat aux Collombat (voir ci-dessus), sans qu’il n’ait trouvé de lien de parenté avec nous. Rappelé au souvenir de cet illustre évadé par un de mes correspondants, j’en ai retrouvé la trace dans le livre de Fulgence Girard l’Histoire du Mont Saint-Michel, comme prison d’État (p. 106 et suiv.).

Colombat, évadé du Mont-Saint-Michel

Voici le récit de son évasion ([tdfaero], 1910)

Le seul prisonnier qui soit jamais parvenu à s’évader des cachots du Mont, est un peintre du nom de Colombat, qui avait été emprisonné à la suite d’une manifestation politique en 1832. Comme il avait été chargé de restaurer les peintures de l’église, il avait à sa disposition tout un matériel, notamment des cordages et une lanterne pour éclairer les coins sombres. En 1842, ayant soulevé une dalle dans la pièce où il était détenu, il parvint à l’entrée d’un puits, dans lequel il descendit à l’aide de sa corde. A sa grande terreur, il aperçut, à l’aide de la demi-clarté que sa lanterne sourde projetait dans les ténèbres de ce gouffre, des squelettes dans toutes les attitudes. Les uns gisaient pêle-mêle sur le sol humide où erraient des légions d’araignées et de scolopendres; d’autres, retenus au mur par des carcans d’acier, témoignaient que les malheureux enfermés dans cet abîme y étaient morts lentement de faim. C’était une oubliette ou in-pace, qui ne lui offrait aucune issue pour s’évader.

Après deux autres tentatives infructueuses, il parvint enfin à s’échapper par un conduit souterrain donnant accès sur les grèves. Il se réfugia à Jersey, et ne revint en France qu’en 1848, lors de l’amnistie accordée aux condamnés politiques. Il s’établit à Caen où il ouvrit un restaurant: À la descente du Mont Saint-Michel. Il y racontait volontiers les détails de son internement et des diverses péripéties par lesquelles il était passé avant de parvenir à s’évader. Il est mort en 1881.

D’autres recheches, notement le résumé dans [pamsm], me permettent d’amender ce texte. Il n’aurait pas été le seul évadé : sans compter ceux qui se sont fait prendre en cavale, un autre détenu s’évade le 12 juin 1860, puis un certain Charles Auguste B. le 12 janvier 1863.
À cette liste, faut-il ajouter Olivier ? Matelot montois de fiction imaginé par Fulgence Girard dans l’histoire Gaud, le bon ami, il s’évade du Mont aux chapitres 13–15.

Colombat avait été pris lors de l’insurection réduite au cloître de St-Merry (5–6 juin 1832), et aurait été amnistié en avril 1834 (amnistie due au Comte de Molé, président du cabinet gouvernemental sous Louis-Philippe). Un amnistie qui ne l’empêche pas d’être arrêtée en Belgique en juillet ou août 1836 [JOURNALAIN-18360805] pour la même condanmation, sûrement rapidement relâché pour défaut de charges.

J’ai aussi une bibliographie en grande partie alimentée par ce même correspondant, ci-dessous.

Bibliographie sur d’autres Colombat

(recherches : Pierre Baudrier)